PLEONASM - Hauteurs d'expositions

On attendait le film...

Lorsqu'au cinéma, Emmanuelle m'a parlé de son projet de monter une exposition, j'ai pressenti qu'elle n'était pas partie pour en construire une seule, ni seule...

Nous avons ainsi monté Pleonasm-Hauteurs d'expositions autour de trois axes, celui de la mobilité, du temps et de la collaboration.

Mobilité 

Nos lieux de résidences sont transfrontaliers, l'une en France l'autre en Belgique. Dès lors, nous avons privilégié l'itinérance dans la construction de nos projets, pas de bureau fixe, si ce n'est le rivet de nos domiciles. Le nomadisme de Pleonasm est entendu à la fois administrativement et artistiquement.

Il en va de même pour les artistes et les pratiques choisies, le monde de l’art est international donc la mobilité de ceux-ci est primordiale. Pleonasm désire « accompagner », au propre comme au figuré ces artistes sur des territoires qui ne sont pas les leurs, afin que chacun y trouve des terrains d’expérimentations de leur métier, « œuvrer » n’est plus suffisant, rencontrer, se confronter est devenu essentiel.

Temps

Si nous avons décidé de voir loin, c'est parce que nous avons aussi décidé de vivre longtemps. Notre projet originel (phosphene)# est la colonne vertébrale de l'association Pleonasm. Cette exposition que nous envisageons en décennies est notre base de travail pour les autres projets. Nous nous hâtons de ralentir pour cultiver nos réflexions dans le temps, et considérer la richesse des échanges avec rigueur. Construire et promouvoir, plutôt que filer et aboutir.

Collaboration

Sur le long terme, Pleonasm veut faire grandir un réseau de compétences autour de différentes problématiques artistiques et ce, par un système d’affinités électives. L'art est un acte social, et pour rendre réel ce parti pris, nous avons choisi de chercher ces affinités plus loin que le monde de l’art. De ne pas rester dans le « entre soi » mais bien d’ouvrir les horizons et s'entourer de chercheurs et d'acteurs de différents secteurs.

— Michèle Rossignol